Silices

IMG_0668

Affolement prosaïque ou feu follet stoïque 
Et vent, toujours. 
Malgré la verdoyance du jour, 
(Empreinte aride de la terre), 
La mer mouvante tarie de sable, 
Face à ce soleil qui enterre
Et aux dunes qui brûlent 
Une peau nue coupable
Noire comme le ciel : 

Mère des chimères à la corne brisée, 
Chronique d’un firmament famélique 
Mais absence, jamais. 

Flamme dans l’œil des volcans doux cyclone de lave.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑